Le constat est sans appel : aujourd’hui, 5 millions de Français n’ont plus accès à des soins de premier recours et ce phénomène continue de se répandre dans les zones rurales et péri-urbaines.

Alors même qu’il s’agit d’une étape obligatoire de notre parcours de soins, «trouver un médecin traitant» relève pour une part croissante de nos concitoyens d’un parcours du combattant, d’une angoisse, voire même d’une impossibilité. Ne nous voilons pas la face : notre système de santé se trouve dans une situation de crise, dont l’opinion publique s’inquiète à juste titre. Ces derniers mois, pas moins de deux longs-métrages ont abordé ce sujet sensible (1). Véritables témoignages de l’attachement des Français à l’égard de leur « médecin de famille » (et réciproquement), ces films révèlent surtout l’impuissance des territoires à réagir face à la désertification médicale.

1- Un village presque parfait, de Stéphane Meunier, 2015.

Médecin de campagne, de Thomas Lilti, 2016.

Les pouvoirs publics et politiques, comme les représentants des médecins libéraux, se sont montrés jusque-là incapables de construire une alternative à cette catastrophe annoncée. Au fil des plans de lutte, les mêmes mesures sont proposées sans que l'évaluation des précédentes ne soit réalisée, ni que des améliorations significatives ne soient constatées sur le terrain. Les conventions médicales de 2005 et 2010 sont des échecs. La convention de 2016 n’offre pas davantage de perspectives. La médecine générale y est dévalorisée, contournée, méprisée. Les prospectives sont alarmantes : le CNOM prévoit une chute remarquable et continue du nombre de médecins généralistes dans les années à venir.

Les différentes parties prenantes du système de santé vont devoir faire preuve de courage et d’inventivité pour dépasser les blocages actuels et ne pas accepter l’inacceptable : remettre définitivement en question de l’égalité de l’accès aux soins en France. La problématique des déserts médicaux, ou plus largement celle de la médecine de premier recours, ne se résoudra pas avec des mesures ponctuelles, en colmatant sporadiquement les brèches. C’est sur la cohérence globale du système qu’il importe d’agir ; en redistribuant les cartes et en redéfinissant avec précision les missions et modalités d’exercice de chacun.

« L’accès à la santé fait partie des services indispensables qui conditionnent l’attractivité d’un territoire. Cette carence de la présence médicale pose donc un problème majeur d’égalité des territoires, en générant des situations inacceptables qui menacent l’existence même de certains d’entre eux. Elle pose aussi et surtout un problème d’égalité entre les citoyens. Les déserts médicaux apparaissent contraires au principe de protection de la santé qui est garanti à tous par le préambule de la Constitution de 1946. »

Introduction au rapport d'information du Sénat N°335 (session ordinaire de 2012-2013) fait au nom de la commission du développement durable, des infrastructures, de l’équipement et de l’aménagement du territoire, en conclusion des travaux du groupe de travail sur la présence médicale sur l’ensemble du territoire, par M. Hervé MAUREY, Sénateur.

L’enjeu est trop important pour se laisser aller au fatalisme. Et, quoi qu’en disent certains, notre pays dispose de véritables atouts : des professionnels de santé compétents et engagés, des élus locaux courageux, des infrastructures performantes, des outils à disposition. Une autre dynamique est envisageable pour apporter à la population française la prise en charge dont elle a besoin en premier recours. Appuyons-nous sur les forces vives de ce système et réfléchissons à leur complémentarité pour concevoir une organisation innovante des soins primaires.

L’objectif est clair (offrir à tous les Français des soins primaires de qualité), travaillons maintenant à la question du « comment ? » sans avoir peur d’emprunter des voies de rupture.

Pourquoi un opus sur les déserts médicaux ?

 

Parce que nous refusons de bafouer l’héritage éthique et moral de notre système de santé.

 

Parce nous voulons apporter au débat public notre vision de ce que pourrait être une organisation pérenne.  

 

Parce que c’est tous ensemble que nous construirons la santé de demain ; chacun apportant sa pierre à l’édifice à travers son expertise et sa volonté de faire.

Rendez-vous en janvier pour notre premier numéro : #La réalité des déserts médicaux.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly